Méthanisation : qui paie le captage du CO2 ?

Pour Francis Claudepierre, président de l’Association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF) « favoriser et pérenniser une agriculture durable » est un enjeu majeur de la méthanisation qui doit être pris en compte dans l’élaboration de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), comme le coût du captage du CO2.

« Pour élaborer la trajectoire de la PPE, il semble que seul le prisme du prix de l’énergie soit pris en compte, indique d’entrée de jeu Francis Claudepierre. On oppose en effet le coût du biométhane à celui du gaz fossile. Mais, d’une part, ce prix né reflète pas le coût réel de l’énergie, celui du nucléaire ou des énergies fossiles étant sous-estimé ; d’autre part, les externalités positives né sont pas prises en compte. » Or, pour l’agriculture, les apports de la méthanisation constituent une occasion extraordinaire de développer une autre trajectoire agricole.

Vers une agriculture durable

Francis Claudepierre a mis en service la première unité de méthanisation en France il y a 18 ans. « Grâce à cela, nous avons pu nous lancer dans l’agriculture biologique il y a 17 ans, car la méthanisation, outré la production d’énergie, permet d’obtenir un digestat qui constitue un fertilisant de très bonne qualité. Avec cet engrais qui peut être mis en place au bon moment, nous n’avons plus besoin d’en importer. Avec un pH de 8, il améliore la vie des sols sans autre apport. Simple exemple : lors de la sécheresse de l’an dernier, notre digestat nous a permis d’avoir de l’herbe pour  nos vaches durant trois bonnes semaines de plus que nos voisins qui utilisaient des engrais azotés liquides. Par ailleurs, les intrants sont constitués dans notre unité à 70 % d’effluents d’élevage (lisier et fumier de bovins) et à 30 % de résidus de l’industrie agroalimentaire (issues de céréales, restes d’amidonnerie…) ainsi que de quelques hectares de cultures et intercultures (CIVE). Outré la captation du CO2, ces CIVE permettent d’empêcher l’érosion des sols. Nous pouvons nourrir les hommes, ce qui est notre vocation de paysans, en quantité, avec une nourriture de qualité en améliorant la biodiversité des sols et le tout en étant économiquement rentable ! De plus, à quel coût chiffre-t-on le captage du CO2, le maintien de la biodiversité et la restauration des sols ? Et sans la méthanisation, qui paiera les couvertures végétales intermédiaires qui permettent de réduire les produits phytosanitaires ? Les paysans, corvéables à merci ? À l’AAMF, nous allons nous battre pour que ces services rendus à l’environnement par l’agriculture soient pris en compte dans le prix de revient réel du gaz vert.

Territoires à énergie positive

Indépendamment de la PPE, le problème de la méthanisation est surtout d’ordre administratif, car le montage d’une unité nécessite de multiples autorisations dans des domaines différents : agrément sanitaire, environnement, eau, riverains, construction, installations classées… Une simplification serait bienvenue.

À l’AAMF, nous fondons beaucoup d’espoir sur le bioGNV, soit en injection, soit en station de biocarburant locale en cas d’éloignement du réseau. Avec leurs gisements de matière, les agriculteurs peuvent être excédentaires en énergie et joueront un rôle indispensable pour la mise en place de territoires à énergie positive. Certaines collectivités locales en sont bien conscientes et nous suivent. Ainsi, en février, nous avons signé avec la région Grand-Est une charte qui vise à fédérer tous les acteurs de la filière pour développer la méthanisation.

Biogaz Magazine

Biogaz Magazine

Par la rédaction de Biogaz Magazine.
Créé en 2018, le média professionnel Biogaz Magazine est rapidement devenu un support d’information et de communication de référence, consacré à l’innovation technologique et au développement de la filière biogaz, mais aussi de l’ensemble des valorisations énergétiques : pyrogazéification, méthanation, power to gas

À destination des acteurs économiques et industriels du secteur, du monde agricole et des pouvoirs publics (ministères, collectivités territoriales, etc.) Biogaz Magazine, membre du cluster Biogaz Vallée, est partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principales fédérations et organisations du secteur. La revue permet ainsi à ses annonceurs de bénéficier d'une surface de diffusion large et unique auprès d’un public cible constitué d’acteurs et de décideurs de la filière, mais également du relais nécessaire auprès des décideurs politiques, économiques et des ministères concernés.