Architecture et photovoltaïque : les nouveaux concepts

Les panneaux solaires photovoltaïques défigurent-ils les bâtiments sur lesquels ils sont installés ? Pour beaucoup, la réponse est « oui ». Mais depuis quelques années, les constructeurs ont adapté leurs produits pour les intégrer plus harmonieusement à leurs supports.

Le photovoltaïque intégré au bâtiment ou Building-Integrated Photovoltaics (BIPV) a radicalement changé le style, le design, des panneaux solaires. Dès lors, ceux-ci sont totalement intégrés dans l’architecture des bâtiments. D’ailleurs, le BIPV semble prometteur.

Ce système présente un double avantage : il propose un design plus « doux », qui apporte un « plus » esthétique au bâtiment tout en permettant de produire de l’énergie renouvelable, dans le cas présent, solaire.

Les possibilités sont infinies, car des couleurs à base de nano-encres sont appliquées sur les cellules photovoltaïques. Imitation de la pierre, du bois, du marbre, les teintes des panneaux sont adaptables selon les souhaits des clients ou la couleur du matériau utilisé sur les façades.

Le photovoltaïque se décline également sous plusieurs formes : vitrages colorés, panneaux, verrières, tuiles solaires, carports pour la voiture. Cette nouvelle génération de panneaux solaires photovoltaïques modifie complètement l’approche architecturale avec un « habillage » qui joue avec les formes et les couleurs. Selon la nature du bâtiment, par exemple un édifice classé au patrimoine historique, il est possible d’installer des panneaux très discrets et fonctionnels, produisant de l’électricité.

De nombreuses villes ont déjà adopté ce système : Paris et le nouveau tribunal de grande instance, le ministère de la Défense, ou encore le bâtiment Europa, à Bruxelles, qui abrite le Conseil européen et le Conseil de l’UE. Ce bâtiment emblématique a été construit dans le respect du concept de développement durable (certifié Valideo). Le projet a d’ailleurs remporté l’édition spéciale du Green Good Design Award décerné par le Chicago Athenaeum (musée de l’architecture et du design). Des panneaux solaires photovoltaïques recouvrent la totalité du toit et confèrent au bâtiment un design étonnant qui allie le moderne (structure vitrée, panneaux solaires) et l’ancien (architecture Art déco).

Si un panneau solaire de 1,6 m² peut garantir de 125 à 140 watts crête (Wc) par mètre carré, les panneaux solaires colorés ont un rendement plus faible dû à la coloration des cellules. Leur position (verticale) peut également diminuer leur efficacité de l’ordre de 20 % à 25 %. De plus, si le blanc est une couleur esthétiquement intéressante, elle est également réfléchissante. Grâce à des cellules de nouvelle génération, les panneaux en position verticale peuvent produire 90 Wc/m², ce qui n’est pas négligeable.

Pour l’heure, seuls certains bâtiments publics ont adopté le BIPV. Et pour cause. Son coût reste très élevé. Mais les promesses des cellules photovoltaïques à pérovskites pour un meilleur rendement énergétique associées à une simplification possible des constructions pourraient démocratiser ce système.

Green Innovation

Green Innovation

Par la rédaction du magazine GREEN INNOVATION.
Créé en 2013, le magazine est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales. Océanologues, climatologues, biologistes, géographes ou économistes, tous sont animés par le même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.