Vingt mille espions sous les mers

L’armée américaine vient de passer un autre cap. La faune sous-marine pourrait l’aider à surveiller ses ennemis dans les océans. Les scientifiques américains veulent en effet utiliser les capacités sensorielles des poissons pour relever les signaux qui échappent aux méthodes de surveillance traditionnelles. Cela irait d’espèces comme le bar du Japon, très présent en mer de Chine méridionale, à certains microbes qui réagissent aux signatures acoustiques des sous-marins.
 
Tel est l’objectif du programme imaginé par le Persistent Aquatic Living Sensors (PALS) du Département de la Défense américain qui souhaite utiliser les informations ainsi transmises et transformer ces espèces sous-marines en espions. « Si nous pouvons utiliser les capacités sensorielles innées des organismes vivants qui sont omniprésents dans les océans, nous étendrons notre capacité à repérer les activités ennemies en toute discrétion, avec assez de précision pour déterminer la taille et le type de matériel adverse », indique le Dr Lori Adornato, du Biological Technologies Office (Defense Advanced Resarch Projets Agency) et initiatrice du projet.
 
Le budget de ce programme s’élève déjà à 45 millions de dollars. L’une des cinq équipes travaille notamment sur les sons produits par les mérous goliath qui pourraient fournir des informations sur des sous-marins ou des drones. Un autre projet vise à créer des plantes génétiquement modifiées susceptibles de jouer le rôle de capteurs environnementaux. Mais de nombreux scientifiques américains protestent contre ces projets qui, indiquent-ils, finiront par créer de nouvelles armes biologiques.
 
Photo ci-dessus : Un mérou géant dans les eaux indonésiennes. Cette espèce, l’une des plus grosses au monde, intéresse les chercheurs de l’US Navy qui veulent en faire des espions capables de capter les sons émis par des sous-marins ou des drones sous-marins. L’Union internationale pour la conservation de la nature le classe dans la catégorie « vulnérable ».

 

Texte : Boris Laurent • Photographie : Shutterstock

Green Innovation

Green Innovation

Par la rédaction du magazine GREEN INNOVATION.
Créé en 2013, le magazine est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales. Océanologues, climatologues, biologistes, géographes ou économistes, tous sont animés par le même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.