Énergie Veille

La croissance des énergies vertes revue à la baisse en Europe

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a souligné dans son rapport annuel paru le 4 octobre 2017 que les énergies vertes (éolien, solaire, l’hydroélectricité…) vont continuer leur montée d’ici à 2022. Mais l’Europe connaîtra une croissance moindre que le reste du monde.

À cet horizon, en 2022 une croissance de 43 % des énergies renouvelables (ENR) est attendue. Près de 1 000 gigawatts de nouvelles capacités d’énergies renouvelables seront installés qui fourniront 30 % de la production d’électricité mondiale, contre 24 % aujourd’hui.

Le solaire a déjà progressé de 50 % l’an passé. Sur les 1 000 gigawatts de nouvelles capacités, 740 gigawatts devraient en effet provenir du développement du parc solaire. Une demande tirée par les États-Unis, par l’Inde, où la demande d’électricité globale va doubler dans les cinq ans à venir, et surtout par la Chine qui a déjà dépassé ses objectifs affichés pour 2020. À elles seules, ces trois régions porteront les deux tiers de la croissance mondiale des « renouvelables ».

Reste l’Union européenne, où la croissance des énergies renouvelables au cours de la période sous revue (2017-2022) devrait en effet continuer à progresser, mais à un rythme inférieur de 40 % par rapport à la précédente (2011-2016).

Principale cause : une consommation d’électricité plus faible que prévu et qui pourrait générer des surcapacités.

L’absence de directive européenne sur les énergies renouvelables couvrant la période post-2020, exigeant une visibilité de trois ans par rapport aux politiques de soutien, empêche la prévisibilité du marché en Europe.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine Green Innovation est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales. Océanologues, climatologues, biologistes, géographes ou économistes, tous sont animés par le même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.